Le Fantome du camp

Description des infirmières

DESCRIPTIONS DES INFIRMIERES DU CAMP-HOPITAL DU RECEBEDOU DANS «LES MIRADORS DE VICHY» de Laurette Alexis-Monet

«Celles-ci sont de petites poupées savamment maquillées, aux ongles en griffe laqués de rouge éclatant. Leurs élégants petits bonnets mettant en valeur leurs boucles vaporeuses ou savamment disposées en un échafaudage compliqué, les font ressembler bien davantage à des opératrices de beauty-parlour. »

Qui peut adhérer à cette description surréaliste des infirmières ?

Qui n’a pas en mémoire le style sobre et monacal de l’infirmière des années 40 ?

Ma mère et d’autres infirmières du camp retrouvées, ont démenti en bloc les inventions anachroniques et burlesques de Laurette Alexis- Monet en lui demandant de fournir des photos de ces infirmières. L‘auteur ne répondra jamais. Enfin les infirmières ont affirmé qu'il était impossible en 1942-43, de se procurer maquillage et vernis à ongle. Quant aux faux ongles, ils n'existaient pas en 1942.

Laurette Alexis-Monet n’a pas pu insérer dans son livre une seule photo des «petites poupées savamment maquillées aux ongles en griffe, laqués de rouge ». Donc elle agit autrement, pour nous persuader de cette mascarade, en publiant «une Circulaire officielle sur la tenue des infirmières» émanant de l’Etat Français. ( Copie ci-dessous.)

Ce document viendrait des Archives, mais a résisté à nos recherches ! C'est un faux.

Constats : Aucune information sur l’origine et la cote du «document d‘archive.»

Censé émaner du Conseil d‘Etat, il comporte des anomalies. On se perd dans la redondance des administrations, placées pèle- mêle, sans mise en page, ni ordre hiérarchique. Le Ministère de l’Intérieur venant après la Préfecture…etc

Ma mère a vivement contesté la légitimité de cette «circulaire du 1° avril 1943» disant qu’elle aurait été frappée, si elle l’avait vue à l’époque :

«Faire de la tenue des infirmières une affaire d’Etat, ce n’est pas crédible !
D’autant plus que nous étions volontaires pour secourir ces malades, et pouvions démissionner de la même façon. La pénibilité et les conditions extrêmes de travail dans ces camps de malades, suscitant peu de vocations humanitaires»

Quant aux contenus de la «circulaire» ma mère les a trouvés « grotesques et insensés ( rires…) tout est interdit aux infirmières !
Ces propos confirment juste l’obsession et la jalousie de l’auteur vis-à-vis des infirmières et des médecins dans le livre.»

50 ans après Pétain, Laurette Alexis-Monet, dictatoriale, nous la joue Vichy : Nostalgie ?

Laurette Alexis-Monet se substitue au gouvernement de Vichy en créant une fausse archive tyrannique de Vichy, pour persécuter et sanctionner les infirmières !

Laurette Alexis Monet se moque bien de ses lecteurs : pour corroborer les contrevérités de son livre, elle ne craint pas de faire des faux et usage de faux.

Que peut-on croire de cet auteur ?

Votre avis

Votre nom ou pseudo*
E-Mail (jamais publié)*
Votre témoignage





Les infirmières de Récébédou
*Source : Mémorial de la Shoah - CDJC
Les infirmières de Récébédou
*Source : Mémorial de la Shoah - CDJC
Les infirmières de Récébédou
*Source : Mémorial de la Shoah - CDJC
Les infirmières de Récébédou
*Source : Mémorial de la Shoah - CDJC
La tenue des infirmières
*Source: "Les Miradors de Vichy" Laurette Alexis-Monet Ed. de Paris Max Chaleil