Le Fantome du camp

Rôle de Laurette Monet au camp du Récébédou

Jeanne Sénat « Représentante Cimade » au camp-hôpital du Récèbédou depuis le 29 janvier 1942, est remplacée 1 mois d'été par Laurette Monet, 19 ans, protestante du Var, du 4 août au 4 septembre 1942.
Le 5 septembre 1942, Jeanne Sénat reprend sa fonction de représentante Cimade au camp du Récébédou.
La Préfecture de Toulouse tolérait un représentant de chaque œuvre, à qui elle délivrait un « laissez-passer » indispensable pour entrer dans le camp-hôpital.

« Aucun mineur n’intervenait dans le camp, l' intérim de Laurette Monet n'a pu être que très bref. Pour son remplacement d’1 mois, Laurette Monet 19 ans, mineure, ne pouvant pas jouer un rôle adulte, fût placée obligatoirement sous la responsabilité d’un adulte, sans doute sous celle de Jacques Saussine, délégué Y.M.C.A. Donc Laurette Monet a eu un rôle très limité. »
(Témoignage de ma mère, infirmière, 2007.)

Laurette Monet est autorisée à entrer dans le camp, pour se rendre au foyer Y.M.C.A. comme précisé sur son laissez-passer.
Elle n’était pas autorisée à entrer dans les baraques des malades, atteints de multi pathologies contagieuses, souvent incurables ; encore moins dans celles des hommes, ce qui lui a néanmoins permis d’évoquer dans son livre, des scènes intimes improbables.
Elle n’entrait pas dans l’infirmerie, ni dans le dispensaire, pas plus qu’elle n’a pu déjeuner au mess des infirmières, avec le personnel médical, contrairement à ses écrits.

Ma mère a témoigné que le personnel médical n’avait aucun contact avec celui des œuvres, qui n’avait pas libre circulation dans les camps-hôpitaux.
Ainsi 3 infirmières de Récébédou/Nexon ont dit après avoir vu les photos de Laurette Monet, ne l’avoir jamais vue dans les camps.

Dans le camp Laurette Monet était le grillon du foyer YMCA. Pas plus, ni moins.
Elle aidait à classer la bibliothèque, à prêter des livres aux malades les plus valides venus au foyer, et à parler de la Bible.

Une présence éphémère d’1 mois au Récébédou, et un rôle mineur, deviennent 52 ans plus tard, une présence d'1 an dans 2 camps...et un rôle majeur
Fantôme de Nexon, elle prétend y faire évader 3 Allemands, ou rédiger le certificat médical à la place du médecin…les récits d’imposture sont fréquents.

Sur 1 an de présence annoncée dans les camps-hôpitaux de Récèbédou/Nexon l’auteur a 11 mois d’imposture, soient plus des 3/4 de son livre.

Comprenez-vous pourquoi Laurette Alexis-Monet a dû attendre 52 ans avant de le publier ?

Votre avis

Votre nom ou pseudo*
E-Mail (jamais publié)*
Votre témoignage





Camp du Récébédou
Camp du Récébédou "Pavillon des hommes"
*Source : Site internet ajpn.org
Photo réalisée lors de l'inspection du camp en janvier 1942.
Archim F/7/15098 crédit photo : X
A gauche Heidi Mäder (Croix-Rouge Suisse), à droite de Jeanne Sénat (Cimade) au camp-hôpital de Nexon.
A gauche Heidi Mäder (Croix-Rouge Suisse), à droite de Jeanne Sénat (Cimade) au camp-hôpital de Nexon.
*Source : "Les Miradors de Vichy" de Laurette Alexis-Monet Ed. de Paris Max Chaleil
Laisser passer de Laurette Monet pour le camp du Récébédou en 1942
Laisser-passer de Laurette
*Source : "Les Miradors de Vichy" - Laurette Alexis-Monet - Ed. de Paris Max Chaleil