Le Fantome du camp

Prélude aux contrevérités du livre

«Pour liquider les peuples, on commence par leur enlever la mémoire.
On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire.


Puis quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres,
leur donne une autre culture,
leur invente une autre histoire.
Ensuite le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, ce qu’il était. Et le monde autour de lui, l’oublie encore plus vite.»

Milan Hübl
écrivain Tchèque


«LES MIRADORS DE VICHY» écrit en 1994 par Laurette Alexis-Monet, 50 ans après la guerre, illustre parfaitement ce texte de Milan Hübl, ainsi que les travaux réalisés à partir de ce livre, qui " invente une autre histoire."

L'utilisation de ce livre comme source, entraîne le risque de voir ses contenus faux dans des travaux d’histoire : mémoires d’étudiants, thèse de doctorant, ouvrages d’historiens, supports pédagogiques élèves, films, documentaires, sites Internet… dont nous avons établi une liste non exhaustive.

En 2015, un film complète l’inventaire accablant. Il utilise un contexte de réalité historique, faisant l'éloge d'un livre saturé de contrevérités, et celui de son auteur, héroïne du film...mais experte en impostures, falsifications d'archives, détournement de mémoire, d'histoire, et d'historiens.

En 2006, nous avons rencontré ce livre, qui se veut «historique» sur les camps-hôpitaux du Récèbédou, et de Nexon.
Or, mes parents étaient médecin et infirmière Croix Rouge, venus porter secours aux malades de ces camps, de 1941 à 1943.
Maman, fût choquée et alarmée, dès le début du livre, les descriptions des médecins et infirmières ne correspondant en rien, à la réalité de l‘époque. Cela nous a conduites à examiner l’ensemble du livre, à écrire en 2006 à l’auteur et à l’éditeur qui ne répondront jamais à ma mère.

«Les Miradors de Vichy» contient contrevérités, contradictions, ruses, injures, calomnies, impostures, amalgames, anachronismes, mises en scène, usurpation, violation de documents d'archive avec montages frauduleux.
Ma mère et moi, l’avons démontré à des historiens, lors d'une soutenance de thèse sur les camps, à l'Université de Limoges, en 2007. L'immense historien Pierre Laborie, décédé en 2017, éminent spécialiste de la période de Vichy, faisait partie du jury de thèse. M. Laborie, à qui j'avais soumis des éléments de mon enquête, a compris qu'il y avait un problème majeur avec le livre "Les Miradors de Vichy" et son auteur. Sa lettre le confirme.

Laurette Alexis-Monet a attendu 52 ans pour publier son livre, afin de ne pas avoir oppositions ou procès de ses contemporains. Un procédé pervers faisant qu’ à ce jour, les témoins diffamés ont disparu, sans possibilité de se défendre.

Maman a qualifié ce livre de «Bombe à retardement.»

Ce site est l'expression d'un COMBAT CONTRE LE MENSONGE HISTORIQUE, que je dédie :

A la mémoire du personnel médical des 2 camps-hôpitaux, calomnié par Laurette Monet, en dépit de son rôle essentiel, et de la dure tâche à son actif. A mon père médecin, à ma mère infirmière, ayant sacrifié une partie de leur jeunesse, et exposé leur vie à des maladies contagieuses incurables, pour donner des soins dans des conditions extrêmes, aux grands malades des camps, avec dévouement, professionnalisme et courage ; à les réconforter sans relâche, dans leur profond désarroi, avec une terrible humanité. ( Témoignage de 2 infirmières.) A la mémoire d'un médecin interné, calomnié dans le livre.

A la mémoire des malades des 2 camps-hôpitaux, dont certains furent déportés, que Laurette Monet prétend avoir aidés durant 11 mois, sans être dans les camps. La mémoire de la Shoah ne supporte ni contrevérité, ni imposture, ni fausses pièces d'archive.

A la mémoire des 3 Allemands antifascistes, évadés de la prison du camp de Nexon. Laurette Monet, 50 ans après, dérobe leur exploit consigné dans un document d'archive, à Limoges, et se l'attribue dans un livre.

A mon amie Jeannine, internée au camp-hôpital de Nexon, en désaccord avec les contrevérités de ce livre, dans lequel elle est nommée "Liselotte" et dite "disparue en fumée." Nous avons retrouvé Jeannine à Paris ; elle est le témoin vivant, et la victime des inventions de Laurette Monet. Depuis 2006, avec ma mère infirmière, Jeannine est associée à ma démarche de vérité, ainsi que Dorothy de New-York, épouse d'un médecin interné.

A la vérité historique des Camps-Hôpitaux du Récébédou et de Nexon, afin que désormais, mes compatriotes ne soient plus "menés en bateau" sur des évènements aussi tragiques. Il s'agit d'un acte citoyen, d'utilité publique, car effacer des traces essentielles de la vérité historique, pour en faire des récits de fiction, est un acte grave, consistant à se moquer, à ignorer des faits réels, sur une scène mondiale de crimes contre l'humanité.

A ces titres, j’ai le devoir d’informer, de dévoiler la vérité sur ce livre. Révéler une imposture historique, c'est accomplir pleinement un devoir de mémoire.

Votre avis

Votre nom ou pseudo*
E-Mail (jamais publié)*
Votre témoignage





Camp de Nexon
Source : Site internet "Musique dans les Camps d'Internement"
http://claude.torres1.perso.sfr.fr/GhettosCamps/MusiqueInternementFrance.html
Camp du Récébédou
*Source : Site internet "Musique dans les Camps d'Internement"
http://claude.torres1.perso.sfr.fr/GhettosCamps/MusiqueInternementFrance.html
Camp du Récébédou
*Source : site internet toulouseinfo.fr